Bilan positif pour l’été 2011

Arles, place de la Republique un jour d'été 2011

Les chiffres de l’été 2011 montrent une augmentation nette du nombre de visiteurs par rapport à l’an dernier. C’est un résultat positif dans un contexte difficile,  marqué par la crise, et qui place Arles en très bonne position parmi les destinations comparables.

Ce résultat est basé sur plusieurs indicateurs qui vont tous dans le même sens, présentés ce mercredi lors d’une conférence de presse en mairie :

Une affluence en hausse de +15% pour les Rencontres de la photographie avec un record historique de fréquentation de 84 000 personnes.

Une hausse de 20% du nombre de visiteurs qui sont venus se renseigner dans les bureaux de l’Office du tourisme en juillet et août.

Une augmentation de 8% d’entrées dans nos six monuments (soit 10 000 visiteurs de plus que l’an dernier).

Des festivals comme les Suds ou Arelate ont aussi connu une augmentation de leur fréquentation.

Il faut aussi noter que les professionnels sont très majoritairement satisfaits de l’été. Ainsi plus de 80% des hôteliers arlésiens considèrent juillet et août comme « bons » ou « très bons ».

Seul bémol, une baisse de la fréquentation des sites touristiques camarguais qui s’explique en partie par une météo défavorable.

Sur le fond, l’offre d’Arles qui est un mélange de patrimoine, de culture, de nature mais d’art de vivre, de traditions ou de gastronomie répond aux attentes d’un public toujours plus nombreux.

Ce positionnement doit être renforcé et poursuivi avec notamment un objectif: allonger la durée de la pleine saison.

La perspective de 2013, année de la capitale européenne de la Culture pour Marseille, Arles et la Provence, est un atout qu’il faudra mettre en valeur dès l’été 2012.

A terme, l’agrandissement du Musée Départemental Arles Antique, la réouverture du Museon Arlaten, la consturction de nouveaux sites comme le Parc des Ateliers, la Fondation Van Gogh donneront à Arles un dimension nouvelle, et donc de véritables perspectives de développement pour l’économie locale et pour l’emploi.

A nous tous, avec les acteurs culturels, avec nos partenaires publics et privés, de nous y préparer pour réussir cette évolution sur la lancée des bons chiffres de l’été 2011.