Arles ne doit pas être représentée par un député d’extrême-droite

Le score de Michel Vauzelle au premier tour des législatives est la récompense de son travail pour Arles et pour la circonscription. Son action a été efficace dans bien des dossiers capitaux pour notre territoire: depuis la lutte contre les inondations en passant par la rénovation de notre patrimoine antique, et bien sûr l’éducation, l’université ou la formation professionnelle, ou encore la sauvegarde de la Camargue. Je me félicite aussi du score d’Emmanuelle Bonhomme du Front de Gauche qui connait une progression.

Mais aujourd’hui, le 2e tour de ce scrutin est marqué par l’incroyable décision du candidat UMP Roland Chassain qui abandonne sa formation politique pour soutenir le Front National contre Michel Vauzelle. Il avait pourtant soutenu et reçu aux Saintes-Maries-de-la-Mer le candidat Nicolas Sarkozy ainsi que Chantal Jouanno et Nathalie Kosciusko-Morizet, alors ministres UMP .

En 2002 comme beaucoup d’autres élus,  j’ai appelé à voter Jacques Chirac face à Jean-Marie Le Pen.  Je ne le regrette pas et je prendrais la même décision aujourd’hui. Nous n’avons pas le droit de faiblir dans nos convictions, qui sont un repère pour un très grand nombre de nos concitoyens.

Confondre droite et extrême-droite, c’est ignorer l’Histoire de France. C’est tourner le dos aux valeurs de la Résistance, énoncées par le général de Gaulle dans son appel du 18 juin. Dans quelques jours, sa stèle sera fleurie en hommage à ces valeurs partagées par des femmes et des hommes aux convictions politiques diverses mais unis dans la lutte contre le nazisme soutenu par l’extrême-droite française.

Notre République est l’héritière de cette Histoire.  Celle dont on ne tourne pas la page facilement.

Je le dis à tous: Arles ne peut pas être représentée à l’Assemblée nationale par un député d’extrême-droite. Notre devoir collectif, c’est le choix de la République et donc de voter pour celui qui la représentera dimanche : Michel Vauzelle.