La disparition de Patrick Ricard

J’ai appris la disparition brutale de Patrick Ricard. Mes premières pensées sont pour son épouse, ses enfants, sa soeur et sa famille qui perdent un mari, un père, un frère. En second lieu, je pense à tous ceux qui travaillaient à ses côtés, aux équipes d’un groupe soudé par la fidélité aux idées et aux valeurs de son fondateur et qu’incarnait Patrick Ricard, un capitaine d’industrie comme Marseille et la Provence en connaissent peu. La réussite mondiale de son groupe est un exemple pour notre économie.

A l’image de son père, Patrick Ricard était aussi animé par la volonté de protéger la Camargue, symbolisée par le domaine Paul Ricard de Méjanes, d’ailleurs lié au Parc naturel régional de Camargue par une convention. Partagé par sa soeur Danielle Ricard, cet attachement m’avait frappé à chacune de nos rencontres au domaine, où l’assemblée générale des clubs taurins l’amenait régulièrement. Patrick Ricard aura oeuvré toute sa vie à donner de la valeur à cette terre de Provence, à cette Méditerranée. C’est ce souvenir qu’il faut faire grandir.

Au nom du conseil municipal d’Arles, je présente les condoléances sincères et attristées des Arlésiens à la famille et aux proches de Patrick Ricard, à la direction générale du groupe, au président des clubs taurins Paul Ricard Dominique Perron et à la famille Guillot.