Rodin en Capitales

L’une des expositions majeures de l’année 2013 « Rodin à la lumière de l’Antique » a été présentée mardi lors d’une conférence de presse qui s’est tenue au Musée Rodin à Paris. Elle se déroule du 6 avril au 1er septembre au Musée Départemental Arles Antique.

L’art, «c’est l’exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre», disait Auguste Rodin, comme pour décrire son oeuvre la plus célèbre: «Le Penseur.» L’exposition «Rodin, la lumière de l’antique» au Musée départemental Arles Antique se situe dans la droite ligne de cette  volonté.

Cet événement de portée internationale présente 132 oeuvres qui donneront les clés de compréhension pour saisir l’inspiration de l’artiste, pour capter son dialogue entre passé et présent, entre technique et beauté. La conversation va donc reprendre, les regards se croiser entre les œuvres majeures de Rodin et les statues antiques qui l’ont inspiré.

Au nombre de ces antiques, il en est une qui me tient particulièrement à coeur, comme à tous les Arlésiens. La Vénus d’Arles, découverte en 1651 près du théâtre antique, que Louis XIV avait installée dans la galerie des glaces du château de Versailles et qui trône au musée du Louvre depuis la Révolution française. La Vénus d’Arles nous revient en visite pour l’exposition Rodin et j’en  remercie Henry Loyrette, président du Louvre, d’avoir répondu favorablement à ma demande.

C’est un pan de l’histoire d’Arles qui revient, à la faveur de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture, à l’occasion de cette exposition à qui je souhaite des centaines de milliers de visiteurs, pour illustrer -si besoin est- que l’exigence culturelle est compatible avec le succès populaire.

Cet évènement n’a été possible que grâce au travail de Pascale Picard, commissaire de l’exposition, de Bénédicte Garnier, responsable de la collection de Rodin au musée Rodin et de Claude Sintès, qui dirige aujourd’hui cette institution magnifique et accessible, ainsi que toute l’équipe de ce musée. Sans oublier la volonté farouche de Jean-Noël Guérini, président du Conseil général des Bouches-du-Rhône et son soutien sans faille au Musée départemental Arles Antique.

Je souhaite aux visiteurs tout le bonheur possible en parcourant cette exposition.

www.arles-antique.cg13.fr

www.mp2013.fr