Rodilhan: soutien aux élus, aux organisateurs et aux aficionados

Corrida Goyesque, feria du riz 2013. Décorum signé par Rudy Ricciotti. Photo: Ville d'Arles/Patrick Mercier

Corrida Goyesque, feria du riz 2013. Décorum signé par Rudy Ricciotti.
Photo: Ville d’Arles/Patrick Mercier

Suite à la manifestation violente d’opposants à la corrida, je voudrais dire aux élus, aux organisateurs et aficionados de Rodilhan le total soutien et la solidarité de la Ville d’Arles, que j’exprime en tant que maire et en tant qu’ancien président de l’Union des Villes Taurines de France.

Il est intolérable que les anti-corridas recourent à la violence contre les lois de la République, qui affirment le droit à l’exception culturelle de la tauromachie dans nos régions de tradition. Ce principe a été réaffirmé avec force par le Conseil constitutionnel en septembre 2012, puis confirmé par le tribunal administratif de Marseille, à la veille de la Feria du Riz à Arles, il y a moins de deux mois.

Dans notre État de droit, les opposants à la corrida bénéficient d’une totale liberté d’expression mais ils n’ont pas le droit de vouloir interdire par la violence, par l’intimidation et par la menace des corridas organisées dans un respect total de la loi.