Le lancement des Rencontres Photo 2012

Conférence de presse des RencontresAprès le ministère de la culture à Paris,  les Rencontres ont présenté leur programme 2012 en salle d’honneur de l’hôtel de ville d’Arles. L’édition 2012 met­tra l’accent sur les talents révé­lés par l’Ecole natio­nale supé­rieure de pho­to­gra­phie (ENSP) au cours des trente der­nière années. Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand a transmis un discours dans lequel il a rappelé le lancement prochain du concours d’architecture pour le nouveau bâtiment de l’ENSP, jumelé à un centre du patrimoine. Il a également réaffirmé son soutien au projet de Parc des Ateliers de la Fondation LUMA, présidée par Maja Hoffmann avec la signature de Frank Gehry.

L’édito publié dans le dossier de presse des Rencontres

L’étonnante relation amoureuse, déjà ancienne, entre Arles et la photographie est jalonnée de dates, d’événements, de souvenirs. Dans cette succession d’instants, 1982 a été une année fondatrice. Pour Arles et la photographie, cette année-là a marqué une véritable reconnaissance du monde de la culture et des plus hautes autorités de l’État.
Il y a trente ans était fondée l’École nationale de la photographie, voulue par Michel Vauzelle, alors porte-parole de la présidence de la République, et inaugurée par François Mitterrand,  chef de l’État. L’heure était à l’enthousiasme, à l’ambition, à l’espoir parfois. En 1982, les premiers TGV viennent de rapprocher Paris de la Provence.  En 1982, le maire de Marseille et ministre de l’Intérieur, Gaston Defferre défend les lois de décentralisation qui donneront davantage de pouvoir aux élus territoriaux. En 1982, Jack Lang ouvre la culture à d’autres modes d’expression, à d’autres voix.
L’École nationale supérieure de la photographie résume, condense des espoirs formidables. Installer une école nationale d’art pour y enseigner un art jeune encore mais qui a déjà sa place dans les musées. Trente ans plus tard, les promesses du baptême de l’École ont été tenues. Arles et la photographie ont conçu ensemble des générations de photographes, de conservateurs, de chercheurs qui ont fréquenté le majestueux hôtel particulier de la rue des Arènes.
Cet été, les Rencontres d’Arles basent leur programme sur les trente ans de l’École nationale supérieure de la photographie. C’est la fille aînée qui met en lumière le travail de sa cadette. Entre le festival créé en 1970 par le futur Académicien Lucien Clergue, l’écrivain Michel Tournier et l’historien Jean-Maurice Rouquette et l’ENSP,  d’innombrables liens se sont tissés. Leur cheminement parallèle ne les empêche pas de se rejoindre. Leur présence commune a fait d’Arles la capitale mondiale de la photographie.
À trente ans, l’ENSP va entrer dans une nouvelle ère avec la création d’une nouvelle École voulue et décidée par le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, que je tiens ici à remercier de sa fidélité à Arles et à ses projets. Le nouveau bâtiment qui va faire l’objet d’un concours d’architecture sera construit à proximité du parc des Ateliers, où naîtra le projet culturel et architectural de la Fondation LUMA, présidée par Maja Hoffmann. La construction de l’œuvre de Frank Gehry sera un des événements phares de 2013, l’année capitale européenne de la Culture pour Marseille, Arles et la Provence.
Je voudrais saluer ici tous ceux qui rendent réel un aussi beau festival que les Rencontres. Son président Jean-Noël Jeanneney, l’équipe réunie autour de François Hébel et d’Alice Martin, qui mérite un coup de chapeau pour l’extraordinaire travail qu’elle a accompli ces dernières années.
Au nom de tous les Arlésiens, je voudrais remercier les partenaires publics et privés qui soutiennent les Rencontres : les collectivités au premier rang desquelles le conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur et le conseil général des Bouches-du-Rhône, le ministère de la Culture ainsi que la Fondation Luma, SFR, Olympus, la Fnac et BMW.
À tous les passionnées de photographie, à tous les amoureux d’Arles, je souhaite une inoubliable édition 2012 des Rencontres.