Les Rencontres d’Arles 2013, une année Capitale

Inauguration des Rencontres d'Arles 2013, lundi 1er juillet, au parc des Ateliers

Inauguration des Rencontres d’Arles 2013, lundi 1er juillet, au parc des Ateliers

Capitale mondiale de la photographie, Arles est de surcroit Capitale européenne de la Culture cette année, avec Marseille et la Provence. Le programme des Rencontres 2013 sera l’un des événements majeurs de cette année capitale.
Le thème du noir et blanc retenu cette année est un choix évident. Il était presque synonyme de photographie. A l’heure du numérique, des nouveaux médias et des usages connectés, où pourrait-on mieux capter ces contrastes qu’à Arles ? Dans cette ville, où l’opiniâtreté de Lucien Clergue, maintenant Académicien et président de l’Académie des Beaux-Arts,  a contribué à faire reconnaitre la photographie, avec l’aide de l’écrivain Michel Tournier et de l’historien Jean-Maurice Rouquette. A Arles où le président François Mitterrand, avec Michel Vauzelle et Maryse Cordesse, a fondé l’Ecole nationale supérieure de la Photographie (ENSP).
L’Histoire de la photographie s’est écrite en partie à Arles. Mais, en noir et blanc ou en couleurs, sur papier ou sur écran(s), l’avenir de la photographie s’écrira aussi à Arles. C’est le sens du projet de développement des Rencontres concocté par le directeur François Hébel et le président Jean-Noël Jeanneney, dans la lignée des idées défendues par François Barré. Ce projet doit s’inscrire dans le développement d’Arles, en totale cohérence  avec le Parc des Ateliers de la Fondation LUMA de Maja Hoffmann avec Frank Gehry comme architecte. Ce projet unique en Europe, qui a déjà commencé à s’imposer dans le monde de l’art contemporain, prévoit la rénovation des anciens bâtiments industriels pour les transformer en lieux d’exposition aux normes actuelles. Cette cohérence évidente s’appuie aussi sur les liens qui unissent les Rencontres et la Fondation LUMA. La même cohérence est à l’oeuvre sur le même site des Ateliers avec le projet de la nouvelle ENSP, que la ministre de la Culture Aurélie Filippetti a confirmé l’hiver dernier, en dépit du contexte si difficile des finances publiques.
Si l’on ajoute l’ouverture de la Fondation Van Gogh l’hiver prochain, et les autres atouts majeurs d’Arles que sont le patrimoine inscrit sur la liste de l’Unesco, la présence d’entreprises culturelles comme Actes Sud et Harmonia Mundi, les grands festivals musicaux comme les Suds ou les Escales du Cargo, le Musée Départemental Arles Antique où se tient l’extraordinaire exposition Rodin, l’excellence de l’école Supinfocom dans le dessin d’animation; c’est le destin d’Arles qui s’affirme dans l’économie culturelle ou plutôt dans l’économie créative.
La photographie a été le révélateur de cette évolution, porteuse de développement économique et humain, de création d’entreprises et d’emplois. Porteuse aussi d’intelligence, d’innovation et d’art.
Au nom de tous les Arlésiens, je tiens à saluer toute l’équipe qui fait vivre ce festival unique au monde. Je remercie les partenaires publics et privés qui les soutiennent : les collectivités, le président du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur et le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, le Ministère de la Culture ainsi que la Fondation Luma déjà citée, SFR, Olympus, BMW ainsi que Gares & Connexions et l’ensemble des partenaires privés qui ont la générosité de nous aider.
A tous les passionnées de photographie, d’images et de culture, à tous les amoureux d’Arles, je souhaite de très bonnes Rencontres 2013.