Adieu Tudor…

Tudor Onica nous a quittés mercredi à l’âge de 65 ans. Arles perd un grand artiste, une personnalité hors normes, un homme au grand coeur. A titre personnel, je perds un ami.

Diplômé des Beaux-Arts dans sa Roumanie natale, Tudor était arrivé à Arles en 1975 comme tant d’artistes avant lui, attiré par la lumière, et il n’en est jamais reparti. Au fil des années, il est devenu une figure arlésienne, tissant des amitiés fidèles. Il aimait la discussion, le débat. Sous des dehors réservés et parfois bourrus, Tudor cachait une grande sensibilité et beaucoup d’attention aux autres.  

Jamais Tudor n’a cessé de dessiner et de peindre. Avec son trait très sûr et sa formation classique, Tudor était un artiste de la Renaissance, attentif au moindre détail mais la réalité était toujours discrètement décalée ce qui donnait à ses oeuvres figuratives un aspect énigmatique.

Sa grande exposition de 2008 à la chapelle Sainte-Anne reste gravée dans les mémoires. Tudor Onica avait aussi réalisé en 2010 un dessin à la plume en grand format pour la Ville d’Arles reprenant avec minutie tous les monuments mais en les organisant au bord du Rhône à sa manière, comme un hommage à la ville qu’il avait choisie.

Au nom du Conseil municipal et de tous les Arlésiens, je présente mes condoléances aux proches de Tudor Onica.