Finalisation du projet du Parc des Ateliers : mon intervention lors du Conseil Municipal du 13 février 2019

« Nous allons voter aujourd’hui une délibération qui marque une des dernières étapes d’un projet devenu réalité : le Parc des Ateliers. Ce projet unique en Europe et sans doute au monde pour une ville de taille moyenne comme la nôtre, est le résultat d’un partenariat exemplaire entre le privé et le public, grâce à la volonté conjuguée de Maja Hoffmann, présidente de la Fondation Luma et des collectivités, avec au premier rang la ville d’Arles. La délibération de ce jour est la traduction concrète de ce partenariat.

Cinq ans après la première pierre du chantier, nous entrons dans la phase d’achèvement avec la réalisation du parc-jardin qui comprendra plus de 500 arbres sur 42000 mètres carrés, avec un étang de 3 700 mètres carrés. Cet immense parc d’inspiration contemporaine, conçu par le paysagiste Bas Smets et présenté au public au printemps dernier,  sera dans deux ans un nouvel équipement pour les Arlésiens : un espace vert ouvert à tous, gratuitement.

Pour finaliser ce parc-jardin, un cinquième avenant au Traité de Concession de la Zone d’aménagement concertée des Ateliers signé en 2007 est nécessaire. Cet avenant qui vous est soumis aujourd’hui comprend plusieurs décisions, ajustements et précisions dans l’esprit du protocole initial. L’avenant n°5 confirme que le concessionnaire Area Région Sud réalise les travaux du parc-jardin dans le cadre du budget de la Zac pour un montant de 5,3 millions d’euros tandis que la Fondation Luma offre la création de l’architecte paysagiste, via sa société Ateliers d’Arles Immobilier (SCI AAI), soit un concours de 500 000 euros TTC. Cette dernière confirme sa participation pour moitié aux investissements nécessaires en matériels divers pour l’entretien futur des espaces verts du Parc, soit 400 000 euros.

Pour assurer la cohérence du projet paysager, il est devenu nécessaire de modifier les limites entre espaces publics et lots privés et  donc de procéder à des échanges fonciers, incluant par ailleurs la cession de la propriété complète de la Grande Halle à la Fondation Luma. Enfin, une structure commune va être créée pour assurer la gestion, l’entretien et l’utilisation des espaces paysagers publics et privés, pour permettre notamment l’installation d’oeuvres artistiques.  Cette structure prendra la forme d’une Association syndicale libre (ASL) de propriétaires.

Voilà brièvement résumés les éléments de la délibération et de ses annexes.

Depuis douze ans, nous travaillons à ce projet. Malgré la complexité du dossier, les obstacles de divers ordres, la défiance exprimée parfois dans cette assemblée, aujourd’hui la friche industrielle des Ateliers SNCF est devenue un des moteurs de l’économie et de l’emploi dans notre ville. D’autant que l’Etat et le ministère de la Culture ont décidé de bâtir sur le même site la nouvelle Ecole supérieure de la photographie (ENSP) qui sera inaugurée cet été.

Au-delà des convictions et des alternances politiques, ce projet majeur pour Arles et pour la France a toujours été soutenu par l’Etat et les collectivités publiques, comme la Région présidée par Renaud Muselier, le Département présidée par Martine Vassal qui viendra prochainement visiter le site, ainsi que par la communauté d’agglomération Arles Crau Camargue Montagnette (ACCM) de Claude Vulpian.

La tour conçue par Frank Gehry, dont la construction se termine, est le symbole de cette nouvelle dimension d’Arles. A ce sujet, je voudrais citer Jean-Maurice Rouquette : “Avant la tour de 56 mètres de Frank Gehry, Paulin Talabot a fait une cheminée de 56 mètres pour les ateliers. Et 56 mètres, c’est la hauteur visuelle qu’il faut. De siècle en siècle, les architectes pensent et voient la même chose. Ce n’est donc pas par hasard mais juste le cours des choses”.

A un an de la fin du mandat de cette municipalité, je voudrais vous dire ma fierté d’avoir été maire tout au long de la réalisation de ce projet. Nous élus, et nous tous Arlésiens pouvons être collectivement fiers et exprimer notre gratitude à Maja Hoffmann, à qui je tiens à témoigner solennellement ma reconnaissance, ainsi qu’à l’architecte-paysagiste Bas Smets et à Mustapha Bouhayati, directeur-général de Luma Arles.

Ensemble, nous avons permis de nouvelles perspectives économiques et nous avons travaillé pour l’emploi, pour l’avenir.

Ensemble, nous avons ouvert un nouvel horizon pour Arles. »

Hervé Schiavetti

Maire d’Arles